Ava (2017) de Léa Mysius

63 x served & 38 x viewed

Superbe film aux visiteurs du soir pour la semaine de la critique. Pour moi c’était le meilleur 😉 .

J’ai adoré les scènes de braquage sur la plage ainsi que la façon dont l’héroïne tente de résoudre ses problèmes (urgence de la libido et de l’émancipation à cause de sa perte de vue rapide ) . Un film que je conseille vivement, pas au plus jeune car certaines scènes sont très érotiques …

Il va falloir suivre cette réalisatrice ! Elle a répondu au question après le film :

A noter que le système pour voter était plus pratique cette année (coupons détachables):

 

Le Voyage au Groenland (2016) de Sébastien Betbeder

80 x served & 23 x viewed

C’est un très bon film sur deux adulescents (Thomas & Thomas) qui partent au Groenland.   On rigole ( connexion internet avec un modem, déclaration ASSEDIC et son explication, rencontre avec le chasseur, …), on découvre des paysages, on découvre des coutumes un peu déconcertante (chasse , volet aux fenêtres, gastronomie 😉 .. ) qui part moment peuvent mettre mal à l’aise ( découpage du phoque ), on parle aussi de la relation père-fils et les non-dits, ainsi que des problématiques locales ( Facebook, départ des jeunes, alcool, …) . Ce qui est du sûr c’est que l’on est dépaysé et que l’on passe un très bon moment un peu comme sur des montagnes ruses 🙂 .

J’ai du mal à comprendre pourquoi ce film n’est pas passé au masque et la plume. On passe vraiment un bon moment.

Bravo au visiteur de soir pour cette programmation.

 

Les visiteurs du soir : Villes de cinéma

169 x served & 64 x viewed

Le site des visiteurs du soir : http://lesvisiteursdusoir.com/ .

Le site de cinéma du sud qui organise l’évènement : http://www.cinemasdusud.fr/les-actions/les-films-du-répertoire/ .

J’ai donc assisté à la première conférence sur Tokyo avec Adrien Gombeaud. Il nous propose de découvrir Tokyo à partir d’extrait de film :

p_20161119_204115

Le film projeté après le débat était Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu de 1953. Sur wikipedia : « Ozu utilise cette histoire pour décrire le début de la désintégration du système familial japonais1. Ce film figure sur plusieurs palmarès des plus grands films de l’histoire du cinéma et a permis de faire connaître Ozu en occident. ».

Le film est vraiment bien, je me suis rendu compte que je ne suis plus habitué à des rythmes de film plus lent. Le cinéma d’aujourd’hui étant bien plus rapide pour la génération du zapping 😉 . Je pense donc qu’il est impératif de voir ce film en salle et pas chez soi.

Les visiteurs du soir : 26eme cinémas d’Ailleurs : l’Italie

En passant

97 x served & 49 x viewed

Le lien sur le site des visiteurs du soir : http://lesvisiteursdusoir.com/node/1402.

Au programme, il y avait :

Ma sélection de film a été « Folles de Joie », « Banana », « Suburra ». Je n’ai pas été déçu pas ses trois films, chacun très bien dans son genre. Sachant que je décerne une mention spéciale à « Folles de Joie », un film plein de vie et deux fantastiques actrices (surtout Valeria Bruni-Tesdechi). Je conseille donc vivement ce film. Dès que j’ai vu l’affiche je me suis dit que cela devait être un remake de Thelma et Louise , mais c’était absolument pas le cas.

Julieta (2016) de Pedro Almodovar

508 x served & 90 x viewed

C’est l’histoire d’une relation mère-fille, de non-dits. Le film commence par des non-dits entre la mère et l’ancienne meilleure amie de la fille (aussi bien l’une que l’autre), puis entre la mère et son nouvel ami. Au final, on saura quels sont les non-dits de la mère et de la fille.

Le film fait retour en arrière pour expliquer la genèse de ses non-dits. Il faut attendre la moitié du film afin de saisir toute l’histoire et se refaire le pulzze …

On comprend alors que la mère a du faire un choix entre poursuivre sa vie sans sa fille ou revenir sur ses traces afin que sa fille lui transmette un éventuel courrier à son ancienne adresse. J’ai adoré le personnage de « Rossy de Palma » (Marian), fait de méchanceté et de simplicité. On ne sait pas si c’est sa simplicité qui fait qu’elle est simplement maladroite.

Madrid est magnifiquement filmé, l’appartement près de la mer a une vue magnifique, le rouge est omniprésent, du grand Almodovar. Chez Almodovar les mères sont souvent présentes et les femmes sont à l’honneur (« Volver » par exemple). Et puis à la fin du film, on doit se faire sa propre conclusion. J’attends la votre 😉

Dans le même type : non-dits et relation mère-fille difficile,  Il y a aussi

Pour finir, dans le style sur une relation père-fille avec des non-dits, il y a « Une nouvelle chance » de Clint Eastwood.  Mais c’est pas le meilleur de Clint Eastwood, c’est même le pire 😉 .