Livre à lire : Pilleur d’état

871 x served & 319 x viewed

Voici une petite vidéo de l’auteur (Philippe Pascot) avec JJ Bourdin (le 9 mars 2016):

Il est temps que cela change et que les politiciens aussi fassent des efforts. Ils ont trop de privilèges, ils faudraient qu’ils soient irréprochables. Mais comme il l’indique :

  • plus de 30% ont eu un problème avec le fiscs,
  • ils cumulent les retraites,
  • ils ont une meilleures reversions,
  • les frais sans présentation des factures,
  • sans parler des petits arrangements entre amis.

Il faut donc des mesures fortes pour rétablir la confiance. Actuellement tout ces privilèges fait le jeu des extrêmes comme l’explique l’auteur, car la plupart des personnes choisissent l’abstention.

Un grand bravo a cet auteur qu’il faut soutenir : http://www.amazon.fr/Pilleurs-dEtat-Philippe-Pascot/dp/2315006368/ : 19,90 Euros sur Amazon.fr

Voici un bon article de 2003, le problème n’est pas nouveau : http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/la-verite-sur-les-retraites-des-hommes-politiques_496080.html 

Devinette: qui, en France, peut obtenir sa retraite à 55 ans, même s’il n’a cotisé que quinze ans, et percevoir 4 778,66 euros brut (plus de 31 000 francs) par mois? Un député. Autre devinette: qui, après avoir quitté son poste, touche son traitement pendant six mois, à condition de ne pas avoir retrouvé un emploi? Un ministre de la République. Troisième devinette: qui, au terme de son mandat, a droit, à vie, à un garde du corps, une voiture, un bureau pour son secrétariat et 6 000 euros par mois brut? Le président de la République.

Cette semaine il n’est pas le seul qui recadre les politiques sur leurs salaires , Raquel Garrido (Bravo a elle même si je ne suis pas LCP 😉 ).

1 réflexion sur « Livre à lire : Pilleur d’état »

  1. On sait que le mensonge en politique produit systématiquement la violence et parfois la pire violence. C’est exactement la situation actuelle. Jamais la sphère du mensonge n’a pesé aussi lourd sur notre société et sur l’esprit de notre société . Antoine Peillon . 5 mars 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.